Psy et soma
parcours

Une petite analyse de notre société : des rites de passage à la psychothérapie….

En bref…

Nous avons expérimenté une société où le poids de la communauté et de la tradition ne permettait pas à l'individu d'être libre et d'être acteur de sa vie. Aujourd'hui, nous sommes dans une société caractérisée par l'individualisme où les grandes étapes de la vie ne sont plus accompagnées par la communauté. L'individu est libre dans ses choix mais souffre du manque d'attache et de repères.

Face à ces deux extrêmes, de nouvelles formes de sociabilités apparaissent. Certains d'entre nous vont intégrer des cercles de paroles, des collectifs, d'autres vont créer leurs propres rites de passage. On ressent un véritable besoin de tisser de nouveaux liens avec notre environnement et notre histoire.

Le travail thérapeutique permet à chacun d'entre nous de puiser les ressources nécessaires pour se développer et se réaliser. Il offre la possibilité d'établir des liens apaisés avec son entourage, de reconsidérer son passé et pacifier ses liens aux anciens afin de mieux appréhender son avenir.

1. Les rites de passage

Depuis le XIe siècle et malgré l'intrusion de la modernité, certaines sociétés traditionnelles comme les Krobo au Ghana ou les Tanéka au Bénin continuent à perpétuer leurs traditions. Chez les Krobo, pour devenir une femme, les initiées entament une retraite de trois semaines. Pour les Tanéka, les hommes sont circoncis entre la fin de l'adolescence et le début de la trentaine. Les jeunes hommes qui subissent le supplice avec courage seront, selon la société, capables de relever les défis de l'existence. La circoncision est considérée comme une renaissance.

Les rites de passage sont les cérémonies qui marquent les grandes étapes de la vie: naissance, initiation, grossesse, mariage et mort. Le rite de passage marque un changement de statut social à un autre. On enseigne à chaque individu son nouveau rôle, les nouvelles contraintes et obligations auxquelles il sera soumis. Ces rôles confèrent aux individus un sentiment d'appartenance à la communauté. Le rite de passage permet également de recueillir les expériences des générations antérieures et de réaliser que l'on est entrain de franchir une nouvelle étape dans sa vie. Mais à travers ces cérémonies, on transmet également les tabous, les interdits et les obligations de la société avec son lot de soumission et de culpabilité.

2. Se mettre au monde soi même...

Dans notre société où les rites de passage sont en voie de disparition, les grandes étapes de notre vie comme le passage de l'enfance à l'âge adulte ne sont pas pris en charge par la collectivité. Aujourd'hui, un adolescent trace en grande partie sa route lui-même à travers une profusion de modèles. Une majorité de jeunes s'intègrent sans trop de difficultés à notre société mais une frange non négligeable de jeunes peine à donner sens à  leur vie et à projeter leur histoire dans l'avenir, ce qui peut expliquer certains comportements à risques que l'on peut considérer comme de véritables actes de passage : changer de peau en y ajoutant tatouages et piercing, méconnaître le danger de la vitesse, se droguer etc. De la même manière, les autres grandes étapes de la vie que sont la grossesse, la vie en couple, le mariage, la mort ou les grands changements comme la réorientation professionnelle, le divorce, le chômage et la retraite ne sont pas accompagnées par la communauté.

La thérapie permet d’accompagner l’individu à franchir les grandes étapes de la vie. C’est le moment de faire le point et de donner du sens à nos expériences antérieures. C’est aussi le moment de reconsidérer nos liens avec notre entourage et de pacifier nos liens aux anciens pour appréhender notre avenir en toute sérénité.

 

 

Plan du site | contact